AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
.
Bill
avatar


$ : 11570
INSCRIPTION : 24/10/2015
MESSAGES : 13
MessageSujet: Space Invaders en papier peint | ft. Junsuke Cross Jeu 29 Oct - 17:46


816 mots
paroles en efde75
pensées en italique
Space Invaders en papier peint.

Le combat était rude. C'était ce valeureux guerrier qu'il affrontait à présent. Ce guerrier tout de jaune et de noir vêtu et dont les attaques étaient violentes et rapides. Il se battait bien, il devait l'avouer. Pourtant, de son agilité, il arrivait à maintenir le combat de façon à esquiver ses offensives, et à ensuite à reprendre le dessus sur son adversaire. Il se sentait énergique, sa violence était grande et il se débattait d'une main de chef face à cet ennemi. Sa dégaine d'assassin et sa connaissance en la matière lui donnait un avantage énorme sur cette personne aux airs vengeurs. Il le fatiguait et continuait alors à lui asséner divers coups et...

FATALITY
« SERIEUX ?!!! »

Quel boulet. On l'entendit jusqu'au bout de la salle d'arcade, Bill et sa défaite cuisante face à un gamin de seize ans.

C'était un jour où il ne travaillait pas, il avait un peu de sous inutiles dans son porte-monnaie et comme ce type n'était pas reconnu pour ses économies, il trouva cette occupation qui lui parut fort drôle de prime abord – fort excitant de deuxième abord – fort énervant de troisième abord. Alors, il entreprit d'entrer dans cette salle décorée de façon un peu rétro, touchant aux vieux jeux vidéos. Il trouvait plutôt sympathique les espèces d'extra-terrestres tapissant les murs dans un fond intergalactique et jurait avoir déjà vu ça quelque part. Peut-être sur des caleçons ou des tee-shirt...Il regardait ça puis fit le tour, d'un pas lent et intéressé en regardant les autres jouer.

Un peu perdu n'est-ce pas ? Il trouvait ça plutôt drôle. Il y avait ici plusieurs bornes d'arcades, des jeux tous plus différents les uns que les autres, même des casques de réalité virtuelle et de grosses boites noires dans lequel il entendait des cris de terreur étouffées par les parois. Tout ça paraissait vraiment ancien, et c'était plutôt amusant de voir comment les plus vieux jouaient, avant. Il trouva alors une machine de change pour transformer ses billets ou ses pièces en jetons pour pouvoir jouer et se résigna alors à insérer ses vingt euros qui ne lui servait à rien. Le jeune homme ramassa alors ses jetons pour parcourir le reste de la salle, voyant ensuite deux jeunes gens jouer, assit dans deux fauteuils et munis de casques, de lunettes et de plateaux servant probablement de support, à la PS42.

Ainsi donc, au fond de la salle se trouvait plutôt les nouveaux jeux et les sorties de l'année, et c'était plutôt amusant. Il n'avait pas assez d'argent à l'heure actuelle pour se procurer des gadgets comme cela mais cela pourrait être amusant, en réalité. Il continua à traîner les pieds en visitant. Dans un coin, il y avait des attrape-peluches modernes, où l'ont était téléporté dans une réalité virtuelle pour combattre un monstre et, si l'on y arrivait, on avait le droit à une peluche, sinon, le droit de rejouer. Entre deux de ces machines, il y en avait des plus anciennes, celles avec les pinces, où si l'on se débrouillait bien, on pouvait en avoir deux voir trois. Cela lui donnait un peu envie d'essayer, mais il ragerait de rater.

Il se tourna plus vers les jeux rétros, retournant alors à une borne d'arcade vide pour pouvoir tenter sa chance. Le jeu se nommait Mortal Kombat, et on pouvait y jouer en solo ou multijoueur. Comme il n'y avait personne en face, il choisit de s'entraîner un peu pour se faire la main. Une fois, deux fois, trois fois...A la huitième fois, il n'avait gagné que deux fois. Sûrement n'aurait-il pas autant ragé avec les peluches, parce qu'il n'avait pas l'air très content, là ; même s'il gardait son air habituel et ennuyé. C'était, il fallait l'avouer, plutôt intéressant tout de même et l'enjeu – sa fierté en fait – était beaucoup trop gros pour qu'il laisse tomber. En recommençant encore un peu, il prit la main et au bout de la vingtième fois, il n'avait presque plus aucun problème.

Seulement, les heures avaient défilé plutôt rapidement, et on lui rappela alors qu'il fallait sortir, maintenant. Cela le mit un peu sur les nerfs tout d'abord. Mais le lendemain et surlendemain, il revenu. Il usa alors un peu plus d'argent, il avait envie de s'améliorer, alors bon sang, tant pis, hein. Il jouait Sub-Zero ; un assassin. A force de revenir, Bill devenait un peu plus doué chaque fois et après un mois il eu droit à son premier combat multi-joueur.

Première défaite depuis deux semaines.
« J'étais pas concentré ! »
Rageux.

Ça le fit bien marré, le gamin, de voir un type comme ça s'agacer pour si peu et il choisit de laisser sa place, parce que quand même, il était là depuis quelque temps le môme. C'était sûrement pour ça qu'il l'avait battu, il s'était entraîné toute la journée !

« Bon, à qui le tour ? »
« All your base are belong to us » - Zero Wing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar


$ : 12149
INSCRIPTION : 06/10/2015
MESSAGES : 38
MessageSujet: Re: Space Invaders en papier peint | ft. Junsuke Cross Mer 2 Déc - 0:10


Space Invaders en papier peint
feat. Junsuke Cross & Bill
commencé le 29.10.15 - 1 réponse - réponse 1 du 01.12.15
Quoi de mieux que l’ambiance particulière d’une salle d’arcade ?

Les musiques des jeux, les sons des touches martelées avec une hargne incroyable, les cris parfois victorieux parfois rageurs des joueurs emportés par l’excitation de leur partie, le tout dans une salle bourrée de machines plus ou moins sophistiquées entre quatre murs Space Invaders. Sans doute un des meilleurs endroits de la ville, si ce n’était LE meilleur.

Jun n’y entrait pas souvent. C’était un fait : en général, il n’avait ni le temps ni l’argent pour venir gâcher quelques heures de sa vie en plaisir coupable, à venir décimer monstres et sauver princesses sur une musique en 8-bits. Et puis il avait déjà son lot de jeux et de consoles chez lui, le tout constituant une petite collection plus que respectable, véritable trésor qu’il chérissait peut-être un peu trop. Enfin, les jeux rétro, ce n’était pas trop son fort ; il préférait les sensations plus vraies que nature des derniers jeux en réalité virtuelle, même s’il avait ses petits chouchous dans des jeux considérés aujourd’hui dépassés – les Silent Hill en étaient, de pair avec plusieurs Zelda et, même s’il avait presque honte de l’avouer, il ne se lassait jamais de pourfendre inlassablement du dragon sur Skyrim, même si la communauté n’assurait plus les mods depuis des lustres.

Pourtant, aujourd’hui, il avait décidé de faire une exception. Il avait entendu dire, par l’ami d’un ami d’un cousin d’un collègue du père d’un camarade de classe – mais si, tu sais, celui qui est toujours au courant de tout avant tout le monde ! – que le dernier jeu d’horreur en vogue, tant attendu, était déjà disponible à la salle d’arcade. Bande de veinards. Lui économisait depuis des mois pour cet évènement, attendait sa prochaine paye pour boucler le compte, et se languissait d’avoir enfin entre les mains la boite collector du jeu tant attendu. En attendant, la tentation était trop forte, il fallait qu’il y joue. C’est pourquoi il avait poussé les portes de la salle d’arcade pour venir vérifier la rumeur et, si elle se confirmait, monopoliser le jeu pour tout l’après-midi. Il ne travaillait pas, aujourd’hui ; pour l’occasion, il avait séché son cours de programmation et s’était rendu le cœur plein d’espoir dans ce temple du jeu vidéo, qui fit briller ses yeux aussitôt entré dans la salle.

Partout devant lui s’étendaient un nombre incroyable de consoles en tous genres. Des bornes d’arcade les plus préhistoriques au dernier cri de la machine de jeu, tout semblé rassemblé dans ce qui devint officiellement son nouveau et unique lieu de culte, sa nouvelle religion choisie à l’instant même où il avait franchi l’entrée. Oubliant son objectif premier, il se fit un plaisir de passer de machine en machine, pour s’extasier sur les jeux, observer les parties des joueurs, quitte à recevoir en retour des regards concernés sur sa stabilité émotionnelle et mentale. C’était tout simplement parfait ; il n’aurait pu rêver lieu plus parfait pour assouvir sa passion pour les univers virtuels, et la garantie qu’une plus grosse partie de son salaire allait augmenter le chiffre d’affaires de cet endroit lui parut soudain comme une évidence – au détriment de sa malbouffe, les pièces pour son robot et probablement sa collection personnelle de jeux.

Plus loin, une borne attira son attention. En soi, elle ne tranchait pourtant pas, mais une partie des plus animés semblait s’y dérouler. En s’approchant, il put reconnaître quelques éléments qui le renseignèrent sur la nature du jeu : apparemment, Mortal Kombat. Il connaissait un peu, bien sûr – il n’avait peut-être pas des masses de culture général, mais elle était précisément située -, mais il n’y avait jamais joué, le jeu en lui-même ne l’attirant pas des masses. Les joueurs, en revanche, ne manquèrent pas de piquer sa curiosité : un gamin pas plus vieux que lui arborait un grand sourire de vainqueur, alors qu’en face de lui, un homme qui devait faire au moins la trentaine peinait à tenir le score. Jun cligna des yeux. Il savait que la communauté des gamers regroupait des individus de tous âges et de tous horizons, mais ce type, il le voyait définitivement plus dans un commissariat à prendre des dépositions ou interroger sèchement des suspects sans l’ombre d’un sourire qu’à défendre son honneur manette en main. Comme quoi, les préjugés ont la vie dure. Amusé par cette constatation, il s’approcha pour suivre la partie, comme deux-trois personnes présentes ; trop tard visiblement, puisqu’à peine eut-il rejoint la machine que l’homme se redressa en râlant.

« J’étais pas concentré ! »

Le blond retint un rire, au contraire du jeune gagnant qui lui, afficha clairement son hilarité. Mauvais perdant, va … Le contraste entre l’apparence de l’homme – immense, brun, les traits durs et l’air sérieux – et son comportement n’en était que plus drôle, et Jun mit un temps à réagir quand il demanda qui voulait prendre sa place. Il déclina poliment d’un léger signe de main alors qu’un des spectateurs s’empressait de le remplacer à la machine. Jun en profita pour jeter un coup d’œil au classement du vainqueur ; visiblement, il avait du palmarès. Pas étonnant que l’autre se soit fait laminer.

« Belle partie ! Le gratifia-t-il en s’approchant, un sourire aux lèvres. Enfin je crois … »

D’un signe de tête, il désigna son précédent adversaire, qui s’était déjà replongé dans une partie trépidante.

« En tout cas vous vous défendez bien, il a du niveau visiblement. Vous jouez depuis longtemps ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Poufsouffle en détresse cherche preux Gryffondor [Jeremy & Kelsey]
» Krista Lacy et le Domaine de la Plume Argentée
» WALTER CRANE (1845-1915)
» LUCKY LUKE
» 40K a vendre - Space Marines

San Fransokyo :: San Fransokyo - La ville :: Centre ville-