Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar


$ : 18464
INSCRIPTION : 06/10/2015
MESSAGES : 38
MessageSujet: Re: ft. Junsuke Cross } Un p'tit combat, ça te dit ? Lun 26 Oct - 23:01


(Cémosh mais j'ai trop pas la foi de coder là)

Un problème avec la chasse aux bonbons ?

C’était, à la base et pour être tout à fait honnête, le plan de soirée principal de Jun pour Halloween. Sans se préoccuper outre mesure du temps de chien qui avait plongé la ville dans une atmosphère maussade d’un jour d’automne humide et grisé, il s’était activement affairé à se trouver un costume qui vaille le coup ; le fier gamin qu’il était se refusait à sortir habillé comme le reste de la plèbe – à savoir affublé d’un piètre déguisement Leader Price à trois sous, ou pire, sans aucun déguisement.

La première étape, la plus délicate à n’en pas douter, se résumait au choix du costume idéal. La subtilité consistait à ne pas choisir n’importe quel personnage parmi l’incroyable répertoire de créatures horrifiques typiques de cette fête de l’année – la meilleure, à n’en pas douter. Quoi de mieux que de se déguiser pour aller déranger les gens chez eux en pleine nuit, et de se faire récompenser par du diabète en sachets pour ça ? Le blond adorait cette fête, pour ça. Il adorait toutes les fêtes, en règle générale. Sûrement un signe supplémentaire qu’il n’avait mentalement pas beaucoup évolué depuis sa plus tendre enfance.

Tout ça pour dire, et pardonnez-moi si je m’égare, qu’il faisait preuve d’un sérieux quant au choix de son costume tel qu’on en connaît rarement chez lui. Plus encore qu’il ne pouvait en montrer en cours ; en même temps, il n’était pas du genre très studieux. C’était certainement la raison pour laquelle il accordait autant d’importance à une fête pour les mômes, et aussi peu à la pile de devoirs qui l’attendait sur son bureau.

Le long processus d’élimination lui avait bien pris une heure ou deux. Par chance, le jeune homme était une de ces insupportables gueules d’ange à qui tout va ; aussi sa seule restriction se limitait à ses goûts personnels. Et c’était probablement là le pire problème. Il avait exclu momie, citrouille et autre monstres de Frankenstein d’office : aussi ridicules qu’inintéressants. Sorcier ? Trop classique. Faucheuse ? Un peu facile. Jeff the Killer ? Ca aurait pu marcher s’il n’avait pas les cheveux couleur paille … Il n’avait pas très envie de finir avec une tignasse brune dégueulasse pendant plusieurs jours suite à une teinture ratée. Son choix oscilla rapidement entre vampire et loup-garou ; il s’arrêta finalement sur le second, probablement parce qu’il ne se voyait pas trop en sangsue humaine revenue d’entre les morts.

Vint ensuite le moment de constituer le costume. Son choix définitivement arrêté, l’étape s’avérait tout de même délicate, surtout le jour d’Halloween même, alors que les magasins s’étaient vus délestés de la plupart de leurs articles horrifiques. Il préféra donc jouer la carte de l’originalité et – ironie – fit l’acquisition d’un banal jean sombre et d’un sweat crème, qu’il se ferait un plaisir de salir et déchirer une fois chez lui. De plus amples recherches lui permirent même de mettre la main sur une paire d’oreilles et une fausse queue lupines étonnamment réalistes ; et pour compléter le costume avec une touche d’humour, un collier pour chien en cuir noir. Il lui vint à l’idée de pousser la plaisanterie à son comble en y ajoutant une médaille gravée à son nom, mais ça en deviendrait presque dégradant, à bien y réfléchir – l’idée de se balader à quatre pattes en aboyant pour contenter quelques pervers ne le branchait absolument pas, lui.

Le temps qu’il rassemble tous les éléments et regagne son appartement, le soir tombait déjà. Sitôt entré, il fila directement dans sa chambre sans même prendre le temps d’allumer les lumières au passage – apparemment, sa colocataire était de sortie, ou alors cloîtrée dans sa propre chambre -, et s’empressa d’apporter les dernières touches à son costume : armé de ciseaux et de divers produits qu’il trouva dans les parages, il prit un certain plaisir à découper, déchirer, salir les vêtements pourtant plus que corrects qu’il avait acquis. Il ajouta un peu de faux sang fabriqué à la dernière minute qui acheva de détruire le tissu malmené du sweat, en couvrit une paire de faux crocs qu’il s’engouffra dans la bouche, et s’empressa d’enfiler son tout nouveau – et fabuleux – costume. Un dernier passage devant le miroir lui confirma qu’il était génial.

Au moment de partir, cependant, un détail attira son attention. Sur l’écran de son ordinateur, constamment allumé, une petite icône « New ! » indiquait que le site actuellement ouvert proposait une mise à jour. Intrigué, il s’approcha pour consulter les nouveautés d’un certain site de combats de botfight, qu’il connaissait quasiment par cœur à force de le vérifier quotidiennement. Un combat était annoncé pour la soirée, et il promettait du challenge. Normalement, songea Jun alors que l’hésitation lui faisait se maltraiter la lèvre dans une moue ennuyée, oubliant totalement les crocs en plastique et le faux sang dont il les avait soigneusement recouverts, il devrait pouvoir concilier combats et chasse aux bonbons dans la même soirée ; s’il s’y prenait bien, l’affrontement ne s’éterniserait pas, et il repartirait chasser les sucreries les poches alourdies par une belle somme d’argent. A condition que les flics n’interviennent pas.

De toute manière, le combat prévu lui faisait trop envie pour qu’il fasse l’impasse dessus ; sans évaluer le pour et le contre une seconde de plus, il s’empara de son sac à dos, dans lequel reposait son petit robot artisanal complètement chargé, et ressortit de l’appartement avec hâte, l’anneau métallique de son collier cliquetant à son oreille à chacun de ses pas. Il avait pris la peine d’enregistrer la rue exacte dans son portable et il ne lui fallut que quelques minutes pour arriver au lieu-dit, alors que la nuit recouvrait désormais complètement la belle ville de San Fransokyo. Sur place, les affrontements faisaient déjà rage ; quelques familiers des combats illégaux le saluèrent en le reconnaissant, quand ils n’étaient pas trop occupés à encourager à vive voix les objets de leurs paris. Enhardi par l’ambiance particulière qui régnait, il se fraya un chemin parmi les pariants pour venir se proposer pour le combat suivant, non sans sortir un beau petit paquet d’argent de sa poche en guise de mise. Il se sentait en veine, ce soir.

Par chance, il ne fallut guère longtemps pour que le combat actuel touche à sa fin, un pauvre bougre en sueur voyant son cher petit robot découpé en deux par son adversaire, alors que la gagnante – une gothique au physique plus impressionnant que le sien, de quoi entacher sa fierté – affichait un sourire triomphant. Visiblement, elle était décidée à écraser quiconque lui faisait face, ce soir-là ; elle ne prit même pas la peine de récupérer le résultat des mises et se contenta d’attendre qu’un malheureux n’ajoute sa contribution et ne tente sa chance. Jun s’empressa d’ajouter son argent avec un sourire amical. Si elle agissait de la sorte depuis le début de la soirée, rien de surprenant à ce que le bol rassemblant les paris ne soit déjà plein à craquer. Ce n’en serait que plus gratifiant.

La demoiselle – enfin, normalement – rappela à elle son robot, alors que son opposant laissait son sac glisser de son épaule pour en sortir le sien. Une caresse au bon endroit, et le petit lion de métal sortit de sa torpeur pour analyser la situation. La vue de son comparse robotique lui fit tout de suite comprendre ce qu’on attendait lui et il alla se placer docilement devant son joueur de sa propre volonté. Jun était très fier de sa création : il pouvait peut-être sembler sommaire, à première vue, mais il avait travaillé très longtemps sur l’IA et avait réussi à mettre en place un système de contrôle vocal aussi poussé que compliqué. En résumé, si l’animal pouvait répondre à des commandes basiques venant d’à peu près n’importe qui, lui seul pouvait le diriger pleinement et exploiter son potentiel en bataille – le système de reconnaissance vocale y était pour beaucoup.

Le combat démarra avec une violence surprenante ; son adversaire, armée d’une télécommande au nombre de boutons effarant, envoya son robot à l’attaque sans perdre une seconde. Un claquement de langue du jeune homme, et son félin de métal s’élança à l’assaut, tous crocs et griffes sortis, alors qu’un rugissement métallique s’échappait de sa gueule. Les deux créations s’affrontèrent au corps à corps avec une férocité incroyable, alors que la concentration de leurs propriétaires était à son comble, indifférents au fracas du métal et aux hurlements surexcités des parieurs. Le combat était serré ; mais Jun était certain d’avoir toutes ses chances.


Fiche ----- Liens ----- Question ? ----- Mikia



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar


$ : 18464
INSCRIPTION : 06/10/2015
MESSAGES : 38
MessageSujet: Re: ft. Junsuke Cross } Un p'tit combat, ça te dit ? Mar 1 Déc - 23:29


Un p'tit combat, ça te dit ?
feat. Junsuke Cross & Sammy Larswell
commencé le 17.10.15 - 3 réponses - réponse 3 du 01.12.15
L’issue du combat, contrairement à ce que tout le monde – Jun compris - semblait attendre, se détermina assez rapidement ; et son félin de métal ne tarda guère à prendre l’avantage, alors que le robot de son adversaire reculait peu à peu sous les coups de griffe et les morsures féroces du fier animal. Ce dernier répondait étrangement bien aux ordres de son propriétaire, et celui constata avec fierté que sa dernière mise à jour était une réussite ; il avait bossé sur l’IA de son robot pendant des jours, programmant en douce pendant des cours au lieu de suivre. De toute façon, cela n’aurait aucune influence sur ses résultats scolaires, il était déjà un cas désespéré.

Un coup de patte plus violent, et la sorte de fraise pourrie qui servait de robot à son adversaire – allégorie de la mort, haine d’un repas périmé ? – vacilla en arrière, alors que des grésillements aigus laissaient penser à des supplications du petit être de métal. En face, la jeune fille s’activait à essayer de le remettre debout, écrasant fébrilement toutes les touches de sa télécommande, les yeux écarquillés ; visiblement, elle n’en revenait pas de s’être fait battre. Malgré ses tentatives, son robot fut toutefois incapable de se relever, et elle lâcha vivement la télécommande comme si cette dernière était devenue brûlante. Ce qui n’était pas impossible, songea Jun qui jurerait avoir vu un peu de fumée en réchapper.

Comme pour sceller sa victoire et pour narguer son adversaire, son lion s’assit sagement, une patte posée sur le robot perdant. Autour d’eux, la foule acclamait la victoire du blond et de son félin à grands renforts de cris et de sifflements, alors que la demoiselle, pour sa part, fulminait. Elle lui lança un regard assassin avant de récupérer son robot, et disparut dans la foule sans demander son reste.

Satisfait, Jun s’empressa d’aller récupérer l’argent de ses gains – le triple de ce qu’il avait lui-même misé -, alors que quelques bot fighter lui demandaient l’honneur d’un combat. Un coup d’œil à l’heure le fit refuser : il allait être en retard pour la chasse aux bonbons. Déclinant les propositions d’un signe de tête et d’un sourire amical, il rangea son argent, laissa son petit champion regagner son sac et se mettre en veille, puis traversa la foule pour quitter la ruelle.

Il n’eut toutefois guère le temps de s’éloigner davantage, puisqu’une autre jeune fille – une spectatrice, très certainement – l’aborda avec un sourire. Elle était plutôt mignonne, à bien y regarder. Longs cheveux bruns, yeux verts-bleus pétillants, visage amical et … Deux bons centimètres de plus. Pourtant, elle semblait plus jeune que lui, et ce constat lui arracha une légère grimace déçue, qu’il s’efforça de dissimuler. La vie était vraiment mal faite.

« Hey, j’ai vu ton combat et j’ai trouvé ça génial ! Tu fais ça depuis longtemps ? »

Sa voix, outre le ton aigu et plein de vie qui seyait parfaitement à sa propriétaire, lui rappelait quelque chose, et il ne répondit pas immédiatement à la question, occupé qu’il était à se demander d’où il pouvait bien la connaître. La réponse lui vint brusquement alors qu’il se remémorait sa journée : il l’entendait souvent partir alors que lui-même commençait le travail à la pizzeria. C’était une collègue ! Étonné de ne l’avoir jamais croisée avant, il lui rendit son sourire avant de répondre.

« C’est gentil … Depuis quelques temps ouais. Je commence à m’y connaître un peu. »

Un rire, un tintement de son collier. Il en replaça l’anneau correctement, et remarqua que le regard océan de son interlocutrice s’attardait sur les éléments de son costume.

« Oh, tu comptes partir à la chasse aux bonbons … ?
- Tout juste ! Acquiesça-t-il en souriant. »

Après tout, c’était relativement évident ; il ne s’habillait pas en animal pour le pur plaisir de passer pour un furry aux yeux de la communauté san fransokyoïte. Il avait d’autres centres d’intérêt, en général. Son regard se posa sur la canette que tenait la demoiselle et, comme par réaction à la vue du contenant de métal irisé, la soif le tirailla soudainement. Il fit signe à la brune de le suivre pour continuer la conversation et rejoignit le distributeur le plus proche pour s’en acheter une aussi.

« Tu veux venir ? »


Fiche ----- Liens ----- Question ? ----- Mikia